Savoir lire et écrire : Importance capitale pour les adultes et enfants

Savoir lire et écrire : Importance capitale pour les adultes et enfants

Le texte ci-dessous est de Nnenna Nwakama. Il nous rappelle ce monsieur qui contre le désaccord des mamans (au départ elles ne voulaient pas d’un homme qui allait venir interdire ou commander encore).

 

 

Ce monsieur est intégré au programme d’alphabétisation « l’école des mamans » de yiwozone. Il dit vouloir pouvoir lire ses ordonnances, lire les notes des enfants, savoir quand on a pesé le maïs, combien de kilos cela fait, mettre le thermomètre et savoir combien de fièvre l’enfant fait, rechercher un numéro dans son portable lui-même.
On n’a pas idée mais certains n’ont pas eu cette chance de connaître l’école et aujourd’hui comme ces mamans et ce monsieur ils veulent apprendre.

Une maman nous a même confié au lancement du programme:
« Ne pas savoir lire et écrire c’est comme si j’étais handicapée  »

 

 

TEXTE DE NNENNA

« Quand on croise une personne qui ne sait ni lire ni écrire dans certains espaces, on ressent son humiliation. A la banque, à l’aéroport, partout où il faut remplir ou renseigner un fichier ou un formulaire.

On a beau avoir des millions ou des milliards, ils arrivent un moment où il faut lire et écrire. Quand on imprime une carte d’embarquement, qu’on y marque ta porte d’embarquement, l’heure d’embarquement, et numéro de siège…

Et toi, puisque tu ne sais pas lire:
1. On doit t’aider à remplir le formulaire de départ.
2. Tu dois montrer ta carte pour demander ta porte d’embarquement
3. Arrivé dans l’avion, un membre d’équipage va jeter un coup d’œil sur ta carte et te dire 12B, 14F, 32A ou 7C. Mais comme tu n’as aucune notion de ce que c’est… tu es désemparé, tu ne sais pas si c’est à gauche ou à droite. Le membre de l’équipage te fait signe avec la main. Mais tu ne sais toujours pas comment trouver 12, 14, 32 ou 7.
4. Tu arrives finalement sur la rangée, après avoir parcouru l’avion de haut en bas, après avoir été secouru/enseigné/sermonné/humilié par trois autres passagers que tu as énervé, tu dois maintenant t’atteler à demander encore.. Pour qu’on te montre le A, le B, le C…

Si pour un seul voyage, tu dois prendre quatre vols, faisant escale en allant et eu retour, tu vivras au moins 10 fois l’humiliation, au bas mot.

Chaque fois que je vois une personne ainsi, je pense à ses parents. A ceux qui se sont dit qu’ils n’avaient pas assez d’argent pour envoyer l’enfant à l’école. Ceux qui ont trouvé d’autres raisons pour priver un enfant de la scolarisation… et au fond de mon cœur, une rage naît.

 

Si tes parents t’ont fait ça, rassure-toi, tu ne finiras jamais de payer la scolarité. Et quand on devient adulte, on paye plus seulement avec l’argent (si si, j’ai vu un agent aéroportuaire prendre 5000 francs CFA d’une femme pour l’aider à remplir un formulaire) mais tu payeras aussi avec ta dignité, ton amour propre, ton estime de soi.

L’école est obligatoire. La scolarisation de base est un droit. Chaque être humain devrait pourvoir lire et écrire. L’éducation, ce n’est pas forcément pour avoir un emploi, mais pour la dignité humaine.

Si jamais tu croises une personne qui dit qu’il n’a pas l’argent pour envoyer l’enfant à l’école, ou qui trouve une autre raison pour priver un enfant de l’école… passe lui ce message.

Soit on paye la scolarité maintenant, soit on passe tout sa vie à payer ça, gravement. Mieux vaut payer quand c’est plus facile et moins cher. »